POLYCULTURE

Expérimentation autour des communautés végétales

Polyculture d'arbres = Mélange de différentes sortes d'arbres


Nous postons cet article traduit de l'anglais pour éclaircir quelques points concernant la méthode Miyawaki. Si celle-ci est en vogue et parfois vantée avec des arguments marketing sans fondements scientifiques européens, nous tenons à éclaircir un point très important :

cette façon de faire est une forme de biomimétisme qui consiste à planter en densité et varié, jouant sur les effets de compétition inter-espèces pour obtenir une croissance plus rapide que des essences plantées en isolées et d'un âge bien souvent trop avancé.


Au fur et à mesure que nous évoluons dans nos expérimentations, ce qui est le cas pour bien d'autres associations de plantations citoyennes, nous rencontrons d'autres "méthodes" qui finalement, sont basées sur ces mêmes principes de densité et de variété :

permaculture, polyculture, guildes, forêt-jardin, communautés végétales, massif de plantes, phytosociologie, sont autant de termes qui définissent la même façon de procéder, à quelques variantes près.

Le terme de POLYCULTURE défini finalement plus clairement notre dynamique, même si nous restons attaché à Akira Miyawaki en tant qu'inspirateur.

Quoiqu'il en soit, la jeunesse des scions plantés s'adaptent plus facilement et rapidement à leur terrain d'accueil, laissant petit à petit apparaître une végétation spontanée protégée par la densité de ce type de plantation.

L'article ci dessous vous en dit un peu plus :


" Il y a une préoccupation croissante dans les communautés de notre partie du pays (USA - Pennsylvanie) au sujet de la quantité et de la qualité des arbres sur les propriétés publiques et privées qui composent ce qu'on appelle maintenant la forêt urbaine, ou communautaire. Grâce aux programmes éducatifs proposés par les services forestiers fédéraux et étatiques, la National Arbor Day Foundation, les jardins publics locaux et les résidents des arboretums sont plus conscients de l'importance cruciale de la préservation et de la plantation d'arbres dans leurs villes. Collectivement, ces arbres sont une ressource communautaire majeure qui doit être entretenue et perpétuée pour la santé et le bien-être de la communauté.


Perdre notre forêt communautaire

La magnifique forêt de feuillus qui recouvrait la côte est jusqu'à l'arrivée des colons européens a été continuellement fragmentée par la destruction de causes environnementales, agricoles et commerciales, menaçant l'habitat dont dépendent les humains et la faune. Guidés par les commissions locales des arbres et des dirigeants municipaux informés, les citoyens se rendent compte qu'il leur appartient de maintenir ce qui reste de la canopée régionale en prenant soin et en plantant régulièrement de nouveaux arbres et des arbres de remplacement. L'urgence augmente à mesure que nous voyons la menace pour nos communautés lorsque les arbres sont absents - ruissellement incontrôlé des eaux pluviales, érosion du sol, compactage du sol, approvisionnement en eau menacé, pollution de l'air, chaleur excessive, activité réduite de la faune et de nombreux autres problèmes.


Il ne suffit pas de préserver certains arbres. Nous devons remplacer consciencieusement ceux qui meurent ou sont supprimés à cause de l'urbanisation. Nous devons planter plus d'arbres pour augmenter la canopée des arbres. De plus, nous devons les choisir et les placer de manière plus réfléchie. Dans le passé, il n'était pas rare dans certaines villes de voir des kilomètres de rues bordées uniquement d'ormes majestueux ou de châtaigniers. Avec leur disparition tragique respectivement de la maladie hollandaise de l'orme et de la brûlure du châtaignier, nous avons appris à éviter de telles plantations uniformes, ou monocultures. Alors que les arboriculteurs et les horticulteurs ont des définitions techniques d'une monoculture, les profanes n'ont qu'à comprendre la «monoculture» comme la pratique consistant à planter le même type d'arbre exclusivement dans une zone désignée et délimitée. Actuellement, la « polyculture », ou plantations mixtes de divers types d'arbres, est désormais considérée comme la bonne pratique dans ces situations.


Les avantages de planter des arbres en polyculture

Les polycultures sont naturelles : l'argument le plus convaincant pour planter un mélange de divers types d'arbres dans une zone donnée est que c'est ainsi que les forêts poussent naturellement. Le modèle utilisé par Mère Nature mélange diverses espèces qui ont une variété de forces génétiques. Si une espèce est attaquée par un ravageur ou une maladie, il existe d'autres espèces qui résistent au problème et elles maintiennent la forêt jusqu'à ce que l'espèce menacée se rétablisse ou soit remplacée par un autre type d'arbre. Cette population d'arbres diversifiée, en particulier si les arbres sont originaires de la région, abrite également diverses populations de créatures bénéfiques qui protègent la communauté des arbres, qui à son tour les soutient.


Les polycultures sont moins chères : les arbres qui poussent le long des rues, dans les parcs et dans les zones résidentielles et commerciales développées subissent un stress énorme. Ils n'ont pas la durée de vie attendue de leurs homologues de la forêt. Ils meurent et doivent être remplacés plus souvent. Le problème avec les plantations en monoculture, le même type d'arbre tous plantés en même temps, c'est aussi qu'ils meurent tous à peu près au même moment. Ils doivent tous être remplacés en même temps, un projet coûteux. Dans les polycultures, les arbres ont des réponses différentes aux stress, ils ont des durées de vie différentes, ils meurent donc à des moments différents. Planter les remplacements occasionnels est moins coûteux. Mieux encore, la canopée des arbres de la région est maintenue tout au long de ce cycle naturel.


Les polycultures sont plus sûres : les plantations en monoculture d'arbres de la même espèce plantés en même temps ont tendance à développer plus souvent des problèmes. Leur stress et leur population concentrée attirent les insectes nuisibles et favorisent plus facilement la propagation des maladies. Cela nécessite plus de soins de la part des équipes de terrain du canton par pulvérisation ou autres traitements. Ceci, à son tour, introduit dans l'environnement communautaire des pesticides chimiques et des herbicides qui sont coûteux et potentiellement nocifs pour les personnes et la faune. Divers types d'arbres dans les plantations d'arbres en polyculture ont chacun leurs propres sensibilités et résistances uniques qui compensent les vulnérabilités des autres. Parce qu'ils abritent une communauté saine d'organismes et d'animaux en équilibre, les problèmes de parasites et de maladies ne sont généralement pas capables de s'installer aussi facilement et ne se propagent pas aussi largement.


Les polycultures sont belles : De toute évidence, les plantations d'arbres en monoculture peuvent être belles et accrocheuses. Ils sont appropriés dans des situations principalement ornementales, où un bosquet de conifères assortis ou un petit groupe d'arbres à fleurs similaires sert de point focal dans un paysage. Cependant, les mélanges de différents types d'arbres, qu'ils soient astucieusement planifiés pour un paysage ou situés de manière informelle dans de plus grands parcs publics, des campus d'écoles ou d'entreprises, des terrains de golf, des cimetières ou des espaces ouverts désignés d'une communauté sont également étonnants. Les polycultures offrent un affichage continu de différentes hauteurs et largeurs d'arbres, de structures de canopée, de textures et de couleurs d'écorce. Leurs couleurs de fleurs, de fruits et de feuillage célèbrent la beauté et la diversité de la nature toute l'année.


Conclusion

À mesure que nous avançons dans le 21e siècle, la canopée des arbres disparaît si rapidement que nous n'avons pas le temps de répéter les erreurs du passé. Il nous a fallu beaucoup de temps pour comprendre que les monocultures posent des problèmes. Nous avons perdu les ormes et les châtaigniers, mais nous les avons ensuite remplacés sur des campus dénudés et des rues ensoleillées par des plantations uniformes d'autres arbres qui sont alors également devenus problématiques. Maintenant, nous nous rendons compte que ce n'est pas nécessairement le genre d'arbre qui pose problème. C'est le fait que tant d'arbres du même genre sont concentrés dans des zones limitées. Désormais, les experts en arbres recommandent que pas plus de 10 % d'une forêt communautaire soit composée d'une espèce d'arbre spécifique, pas plus de 20 % des arbres du même genre. Profitons de chaque occasion pour planter une grande variété d'espèces d'arbres dans nos collectivités afin de préserver l'habitat faunique, d'économiser de l'argent, de modérer le climat local et d'offrir une grande beauté.


Source : Marple Tree Commission

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout