CIRCUIT COURT

ESSENCES LOCALES

VISIBLE ET INVISIBLE

La méthode MIYAWAKI invite à respecter minutieusement les conditions environnementales du milieu d'accueil des jeunes micro-forêt. Cela implique en premier lieu d'inventorier les essences locales, celles qui s'épanouissent naturellement à proximité du lieu d'implantation

Quelques  étapes clefs :

> Étude initiale rigoureuse du site et de la végétation naturelle potentielle lui correspondant ;
> Repérage et collecte localement ou à proximité et dans un contexte géoclimatique comparable d’un grand nombre de graines d’essences natives diversifiées et adaptées au contexte édaphique (sol/climat) ;
> Germination en pépinière (ce qui demande une technicité adaptée pour certaines essences, qui par exemple ne germent dans la nature qu’après être passées dans le tractus digestif d’un certain animal, ou qui ont besoin de tel ou tel champignon symbiote, ou d’une phase de dormance au froid, etc.) ;
> Plantation respectant une biodiversité initiale inspirée de celle du modèle de la forêt naturelle. Miyawaki met en œuvre et recommande des plantations inhabituellement denses, de plants très jeunes mais dont le système racinaire est déjà à maturité (avec bactéries et champignons symbiotes présents) ; par exemple des chênes de 30 cm issus de glands, et ayant grandi en pépinière durant deux ans. La densité vise à favoriser la compétition entre espèces et l'établissement de relations phytosociologiques proches de ce qu'elles seraient dans la Nature (30 à 50 plants par mètre carré en zone tempérée, jusqu'à 500 voire 1000 plantules par mètre carré à Bornéo) ;
> Plantations réparties dans l’espace en cherchant à copier la manière dont les plants seraient répartis dans une clairière ou en lisière de forêt naturelle (surtout pas en alignements ni en quinconce). En cela et pour partie, il se rapproche des méthodes de type Prosilva en Europe

source wikipédia >>> https://fr.wikipedia.org/wiki/Akira_Miyawaki

ESSENCES DES pyrénées-atlantiques

Un listing non exhaustif qui nécessite une réflexion portant sur les effets du dérèglement climatique

Notre équipe a mis au point un listing d'une cinquantaine d'essences locales, validées par plusieurs structures techniques et quelques agents de l'ONF.

Cependant, implanter une micro-forêt selon une simple liste n'a aucun sens.

 

Il nous apparaît nécessaire de mener une réflexion approfondie sur plusieurs points :

- quels sont les effets du dérèglement climatique sur ces essences dites locales?

- qu'est-ce qu'une essence locale ? Ne doit-on pas tenir compte des essences potentiellement importées de zones géographiques un peu plus éloignées mais semblant être prête pour des périodes prolongées de sècheresse ? 

- quelle synergie existe-t-il entre les essences ? 

- Si la méthode MIYAWAKI est adaptée en Orient, est-ce que cette densité est totalement adaptée à nos arbres régionaux ? 

Etc.

Quoiqu'il en soit, le projet ARBORETOOM intègre ces réflexions et les associe à un programme d'ingénierie pédagogique visant à questionner, éduquer, sensibiliser le public à l'ensemble de ces questions.

Ci dessous, vous pouvez visualiser une partie des fiches en cours de développement et l'esprit graphique que nous injectons dans ce projet pour vulgariser les connaissances des arbres bien souvent trop techniques, voir indigestes.

Ces fiches feront l'objet de la création d'une application dédiée aux arbres dans les Pyrénées-Atlantiques.

COMMENT SELECTIONNER LES ARBRES

Les forêts miyawaki sont plantées avec une répartition des arbres aléatoire.

Cependant, la mise au point de cette sélection est bien plus technique.

Plusieurs étapes à prendre en considération :

1 - Établir un catalogue des espèces endémiques comprenant

  • le nom scientifique de l'arbre ( pour plus de précision quant à ses caractéristiques)

  • le nom local ou tout simplement en français courant

  • type persistant, caduque, pérenne ...

  • ses avantages dont les principaux: fruits, bois, fleurs, médicinal, favorise la biodiversité, 

  • ses contraintes : besoin en eau, hauteur, ZIG (Zone d'Influence Géotechnique) des racines, exposition,...
     

2 - Concevoir une forêt en multicouche selon 4 critères principaux

  • Couche arbustive 8-12% : aussi connue comme broussailles, des petits arbres qui peuvent croître jusqu'à peu près 2 mètres                                   

  • Couche du sous-arbre 25-30% : des arbres qui sont plus grands que l'homme, mais qui sont encore petits par comparaison avec les arbres normaux , aux alentours de 5/6 mètres                                

  • Couche des arbres 40-50% : arbres communs basés sur la taille moyenne des arbres dans votre environnement, soit entre 5 et 20 mètres   

  • Couche de la canopée 15-20% : arbres géants, les plus grands dans la forêt locale qui, comme les chênes, peuvent atteindre jusqu'à 40 mètres de haut !             

    Lorsque le type de forêt est déterminé ( nourricière, école, refuge, bosquet, ... ), il est préférable d'attribuer un minima de 50% d'arbres spécifiques au type défini.  Pour une forêt nourricière par exemple, il est inutile de ne planter que des arbres fruitiers : 50% suffise. Mais posez-vous la question de la comestibilité des végétaux.
    Est-ce que le caractère nourricier ne passe que par la production de fruits tels que nous les envisageons ?
     

3 - Disponibilité des espèces natives de jeunes arbres 

  • idéalement, la taille du contenant des plantules ( jeunes plants) ne dit pas dépasser les 15x20cm

  • l'âge idéal des plantules correspond à 18 mois / 24 mois maximum

  • la taille ne doit pas dépasser le mètre. Idéalement, elle doit mesurer entre 60 et 80 cm.
     

4 - Déterminer la répartition par espèce

  • 5 espèces principales vont affirmer le caractère de la forêt. Elles sont communes et adaptées à l'environnement local. Ces 5 espèces, à raison de 10% chacune, vont représenter autour de 50 % du total planté.

  • les espèces de soutien vont représenter entre 30 et 40%, soit une dizaine d'essences avec un pourcentage entre 2 et 4 % chacune

  • suivi des espèces dites subordonnées, à raison de 1% pour chacune, soit une dizaine d'espèces qui vont combler les 10 / 20 % restant. 

SITUATION 

Pyrénées-Atlantiques 

Pau Biarritz  

Béarn Pays Basque

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

CONTACT

  • Gris Facebook Icône
  • Facebook - White Circle
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

© 2023 par LIKEN. Créé avec Wix.com